Quand voyance rime avec thérapie

A la découverte d’une voyance spirituelle


 

Lorsque l’on parle de voyance, on s’attend généralement à une pratique destinée à percevoir l’avenir d’un être humain. Cette forme de voyance fait partie des plus courantes et demeure, néanmoins, un art divinatoire fort utile depuis la nuit des temps. Elle a pour but de permettre aux individus perdus sur leur chemin de vie, de prendre leur existence en main en s’aidant des conseils éclairés d’une personne clairvoyante. Cette pratique fait des émules depuis toujours et s’avère réellement efficace sur un parcours de vie troublé au quotidien.

Cependant, nous allons découvrir qu’il n’existe pas uniquement cette forme de voyance dite de prédiction.

La pratique dont il est question au cœur de cet article figure parmi ce que l’on peut nommer la "voyance thérapeutique", plus axée sur l’épanouissement et le développement personnel de l’individu. Cette voyance s’adresse directement à l’âme, en permettant à l’être humain de comprendre la "loi de cause à effet", doctrine apparemment cohérente et relative a son karma1. Autrement dit, le but de la voyance observée au sein de ces pages, aspire essentiellement à mieux responsabiliser l’individu, afin de lui démontrer qu’il est le seul et unique maître de son destin.

C’est pourquoi, personne ne sera surpris par cette célèbre citation biblique, qui décrit judicieusement cette forme de voyance thérapeutique. Elle est vraiment très parlante quant à la notion profonde de responsabilisation de l’être humain :

"On ne récolte que ce que l’on sème".

Cette précieuse pratique sert en quelque sorte de révélateur des âmes. Après une séance, on va le voir, l’être est à même de sentir combien il est le seul dirigeant de ses actes et de sa vie.

Il sait ainsi qu’il est l’unique créateur qui va projeter, recevoir ce qu’il aura semé sur son parcours de destinée. A partir du moment où il fera un pas en lui, cherchant ainsi sa propre Vérité, il se modifiera profondément, ne se sentant ainsi plus jamais victime d’autrui.

Il est réellement important de souligner cette responsabilisation pour chaque individu, doté d’un libre arbitre naturel. Personne n’est une marionnette du destin !

Aussi, la voyance par le plomb n’est surtout pas à considérer comme une voie vulgairement magique. Elle se révèle en pratique un outil des plus profonds et spirituel. Il s’agit d’un véritable catalyseur entraînant chez un individu une réelle transformation évolutive.

Brigitte Faccini déclare, par expérience, que cette pratique permet non seulement des révélations utiles à la connaissance de soi-même et du monde, mais également de découvrir combien chacun d’entre nous est utile sur Terre.

Ainsi, l’être humain révélé à lui-même et au monde, sait intimement désormais que cet autre qu’il prenait pour ennemi parfois, est surtout sur sa route pour lui renvoyer son propre miroir.

Ce qui l’aide considérablement, et avec lucidité, à s’améliorer, trouvant ainsi sa place réelle dans l’univers et sur cette Terre pleine de richesses à offrir à tous.

Un art qui exorcise

La voyance par le plomb s’avère très profitable pour tout ce qui entrave l’être depuis sa conception jusqu’au moment de sa consultation. Il s’agit ici de rendre à cette pratique séculaire ses lettres de noblesse.  Car elle semble trop souvent, par méconnaissance sans doute,  étiquetée à tort et dévalorisée. Cet art clairvoyant se dévoile comme une source de bien-être.

D’autre part, notre voyante Brigitte Faccini, collabore étroitement avec de nombreux thérapeutes, spécialement des psychiatres ayant compris l’avantage réel que comporte cette précieuse pratique.

On pourrait même suggérer que la voyance par le plomb apparaîtrait comme un véritable exorcisme, balayant en profondeur toutes les impuretés incrustées au sein d’un être, explorant celui-ci jusqu’au tréfonds de ses racines à la manière des rayons X. Il est fort intéressant de constater combien la voyance par le plomb permet l’efficacité des thérapies traditionnelles. Pourquoi ? Tout simplement parce que grâce à elle, il y a mise à jour du mal affectant un patient. Pour celui qui n’a pas trouvé sa thérapie, la voyance par le plomb l’orientera alors vers celle lui convenant le mieux, puisqu’il aura été dévoilé à lui-même autant qu’à autrui.

Brigitte Faccini parle d’exorcisme car il y a vraiment une mise en lumière de ce qu’elle nomme le "nœud d’enracinement" qui bloquait jusqu’alors l’individu au sein de son existence. D’où l’importance de mettre en avant le contexte thérapeutique de la voyance par le plomb, car  on peut de telle sorte vraiment parler de "dé-victimisation" de l’être. L’individu se verrait, autrement dit, libéré de ses entraves et d’une éventuelle manipulation par autrui, ou par lui-même. Cette voyance est une voyance où la notion de libre arbitre demeure une voie incontestable.

Des origines ancestrales

La voyance par le plomb est une méthode ancestrale. Elle était pratiquée avec succès par des prêtres guérisseurs au cœur du monde hébraïque, toujours dans un but spirituel puis elle a été redécouverte et simplifiée en Orient.

Dans cette belle contrée, on l’utilise essentiellement pour désenvoûter, dégager et déparasiter un individu. Nous verrons cela plus en détail tout au long de cet exposé. 

Son but demeure comme on le sait à présent, purement thérapeutique. Brigitte insiste joliment sur le fait que "la vie est une belle école et que nous sommes loin d’en être victime, que tout est fait sur notre parcours  pour nous parler et nous aider, que nous créons en un sens notre propre devenir, par rapport à notre propre interprétation et mouvement de notre désir mental et émotionnel". Ce discours fort avisé démontre la toute puissance de l’être humain, ce qui atteste d’un espoir certain en ce bas monde incessamment meurtri.

Incontestablement, il semble que la voyance par le plomb ouvre des portes jusqu’alors insoupçonnées, proposant des richesses infinies pour un dessein non négligeable : l’évolution de l’homme.

Une expérience enrichissante

Brigitte Faccini, voyante et cartomancienne, s’adonne donc à la voyance par le plomb. Au début de son expérience, elle utilisait ce mode de voyance pour rendre service à son entourage. Puis elle orienta peu à peu sa pratique en tant que professionnelle. Ses consultants venaient surtout pour des problèmes de "mauvais œil 2". Aussi, la voyance par le plomb, originairement utilisée pour enlever le mal, lève justement efficacement le mauvais œil dont les consultants se sentent victimes.

C’est ainsi que commence le parcours d’une voyante hors du commun.

Dialogue avec les anges

Un jour surgit une interrogation dans l’esprit de Brigitte. Elle se demandait en effet comment se faisait-il que sur six, huit ou dix consultants, elle n’obtenait pas de bons résultats sur deux, trois ou même quatre personnes. Pour quelle raison l’effet du plomb semblait fonctionner à merveille sur certains, dégageant alors des situations du présent et du devenir, alors que sur d’autres cela paraissait être un "échec" ? Brigitte, soucieuse d’une constante évolution de son être et de sa pratique, s’interrogea profondément, se remettant ainsi en question. Entamant selon ses termes, une crise existentielle de fond, elle se tourna vers ses croyances, en l’occurrence vers Dieu. Elle espérait vraiment être éclairée sur ce problème manifeste car elle n’avait pas envisagé ainsi l’échec de sa pratique et souhaitait véritablement comprendre ce qui avait provoqué ces résultats insatisfaisants. Habitée du très célèbre adage, "aide-toi, le Ciel t’aidera" elle reçut la réponse attendue en se connectant à ses guides3. Ces messages divins pouvaient également lui provenir tout naturellement d’une personne, par le biais d’un livre, d’une situation de la vie, dans un rêve ou en écoutant une chanson4. S’ensuivit donc un dialogue avec les guides. Il convient de savoir que ces précieux messages lui provenaient par clairaudience5.

Les guides lui dirent : "La raison pour laquelle tu as subi des échecs en pratiquant sur certains consultants, est que ces personnes pensaient, à tort, être victimes des autres ! En effet, ils se sentaient envoûtés, parasités par l’extérieur alors qu’ils  étaient simplement auto envoûtés …"

Alors que nous autres humains, persistons la plupart du temps à attester que notre malheur provient de cet autre, notre semblable, ce phénomène s’avère des plus intéressants. Qu’est ce que l’auto envoûtement ? Nous allons le découvrir ci-après, car il en existe deux formes.

Auto envoûtement : un empoisonnement programmé

En outre, les guides révélèrent à Brigitte qu’il existait effectivement deux formes d’auto envoûtement. Ainsi, l’enseignement des précieux guides amenèrent Brigitte sur "la voie du plomb" : "Nous allons t’apprendre à transmettre aux hommes ce secret,  comment ne plus être manipulé par ces formes d’auto envoûtement à leur insu…" 

Il nous est confirmé, grâce à ces propos, que le terme de libre arbitre prend ici toute son ampleur. Aussi se dévoile cette unique Vérité : ces fameuses forces négatives qui s’insinuent en l’être sont en fait, de toute pièce, créées par l’être lui-même !

L’aura et les cinq corps

Les guides exposèrent cette autre vérité primordiale : l’homme se compose bien sûr d’un corps de chair familier nommé le corps physique. Le plus méconnu en général, c’est que ce dernier s’entoure d’une énergie spirituelle difficilement perceptible à l’œil nu et connue sous le terme d’aura6. Cette aura regorgerait, par conséquent, d’informations depuis notre conception jusqu’au jour de la consultation.

Ce corps spirituel rayonnant serait divisé en sept couches ou sept plans. Selon l’expérience de Brigitte, la voyance par le plomb semble avoir accès à cinq d’entre eux.

  • le Plan Causal,

  • le Plan Mental,

  • le Plan Astral,

  • Plan Ethérique,

  • le Plan Spirituel.

Afin de mieux saisir l’importance de ces différents plans qui composent l’être humain, les voici développés, accompagnés de l’intervention de Brigitte qui nous livre sa méthode.

Le Plan Causal

Grâce à sa médiumnité et à l’aide du plomb, Brigitte dévoile au consultant son programme de vie : lui apparaît, dès lors, ce qu’il est venu faire sur Terre (sa mission), ce qu’il est venu améliorer, travailler et peaufiner au cœur de son âme. 

Vous remarquerez que l’on en revient toujours  à l’évolution de l’individu maître de son destin. Il est primordial de souligner ce point. 

Le but de ce travail, révèle Brigitte, est donc d’aider l’individu à faire la paix avec son passé, car il semble évident que tout a été programmé pour son évolution. L’être comprend qu’il se doit de maîtriser ses faiblesses actuelles. Comment ? En allant chercher ses propres forces pour puiser en elles afin d’améliorer sa vie terrestre. 

Le Plan Causal se trouve être le siège de toutes les clés permettant l’amélioration de l’être : le choix des parents avant la naissance, le milieu social, le berceau de vie. Non, rien n’est laissé au hasard dans la vie, tout a un sens réel. Tout tourne autour de ce programme de vie qui comporte des situations que nous vivons, des êtres que nous côtoyons, dans le seul but de nous faire dépasser ce programme que nous sommes venus chercher. Comment ? En jouant des « rôles » phares pour nous démontrer nos défis de vie, afin de pouvoir vaincre nos faiblesses et enfin vivre en harmonie avec nous-même, et les autres bien sûr !

Pour mieux saisir la portée des actes humains, Brigitte nous cite un exemple révélateur : un individu choisissant pour père un homme alcoolique et incestueux. Bien entendu, tout cela comporterait un but précis pour l’enfant naissant dans ce genre de foyer. Mais Brigitte insiste toujours sur le fait de ne pas pour autant déresponsabiliser ou déculpabiliser le père en question. Il demeure primordial de souligner que ce père, manifestement déficient en matière éducative, est doté des mêmes devoirs que tout individu ici-bas. Le fait d’avoir choisi d’être alcoolique et incestueux a un but évolutif également…

C’est ainsi que l’on ne peut que prendre conscience de la grande importance de ce fameux programme de vie ! Car, quelques soient les choix pris dans l’existence, chaque être a le pouvoir de prendre les meilleures décisions pour lui-même. Tout est permis au niveau des décisions et orientations de vie si l’on garde toujours à l’esprit que nous ne sommes pas des marionnettes du destin, comme l’atteste Brigitte. Ce programme de vie pourra se vivre comme un test, ou encore un petit contrôle surprise, se plaît-elle à dire. Aussi, c’est vraiment grâce à ce programme test que l’on comprend mieux le sens des faits marquants de l’existence !

Le Plan mental

Brigitte voit en ce plan un moyen de discerner si l’être, à cause de pratiques reçues ou par son mode éducatif et par son éthique, ne se conditionne pas dans une forme d’entendement allant contre ses propres aspirations. Bien entendu, il n’est pas question, précise-t-elle, d’aller changer la mentalité de la personne.

Le Plan Astral

Pour Brigitte, ce plan symbolise le plus important avec le plan précédent. C’est le siège des émotions. Il serait une sorte d’album photo où se trouvent conservés certains fichiers relatifs au consultant depuis sa conception. Ces précieuses archives se composeraient de toutes les peurs et les traumatismes de l’individu, mais également toutes ses joies et ses peines vécues. A l’instar de la fameuse aura, inhérente comme on l’a vu à chaque être, le plan astral se consulte avec grand intérêt puisqu’il joue, très souvent, un rôle de haute importance. Là encore, à l’insu de l’individu examiné, car  l’influence du Plan Astral s’avère capitale. 

Pour quelle raison ce plan demeure vraiment l’un des plus déterminants dans l’existence et dans l’évolution d’un être humain ? Brigitte explique qu’à la naissance, l’enfant est face à un certain modèle ou archétype de l’amour. Si ses émotions reçoivent le « cliché » d’un amour sain et harmonieux entre ses parents, cela permettra sa construction sur un même schéma positif. Au contraire, si l’enfant est plongé dans un foyer habité de parents qui se disputent, se battent ou se mentent constamment, il en sera abîmé, malgré lui ! Par conséquent, l’enfant en grandissant, suivra l’un des deux modèles déterminant sa manière d’aimer et d’être aimé. Ce qui signifie que bien sûr toutes ses rencontres d’amour seront ainsi à l’image du programme enregistré dès sa naissance. Dans la négative, il pourra rencontrer des problèmes amoureux fréquents (adultères, trahisons, mensonges…) ou se heurter à des partenaires refusant l’engagement (par peur du couple, par manque d’envie de procréation ou autre). 

Si ces schémas sont récurrents dans sa vie, l’être pourra très rapidement se croire maudit, pensant qu’on lui a jeté le "mauvais œil". Il songera qu’ainsi il n’a pas le droit d’aimer ou n’est pas digne d’amour. 

Comment empêcher cette spirale descendante d’avoir lieu ? Brigitte nous révèle qu’en scrutant le corps des émotions, celui qui a préservé le premier cliché de l’amour entre l’homme et la femme (le couple des parents), l’individu, inconsciemment toujours, s’auto interdira de construire. Car pour lui, l’amour, quand il se termine dans le couple, aboutira comme l’union de ses propres parents ! Pourquoi ? Pour reprendre l’exemple de Brigitte, si l’on compare l’aura à un menu de restaurant, s’affiche alors ce message : "Je m’appelle Brigitte et j’ai vraiment envie d’aimer, car pour moi, l’amour est important et sublime. Mais la façon dont je crois à l’amour et ce que j’en attends ne peut pas se mettre en construction, car lorsqu’il y a tentative de construction, il y a destruction de l’amour."

Voilà pourquoi l’on peut dès lors parler ici d’auto envoûtement réel. Comme si, à l’évidence, cet empoisonnement se trouvait programmé pour ne pas construire harmonieusement une histoire sentimentale stable. Brigitte insiste sur le fait que tout ceci se déroule toujours sur le plan invisible

Pour en revenir au « menu » de notre « aura », le déroulement parait simple :

Les gens qui percevront ce « menu » se diront par exemple :

- "moi qui suis marié, je peux aller vers cette personne, car elle ne me fera aucun soucis, vu qu’elle ne respire pas la construction, qu’elle ne veut pas de cette construction stable et harmonieuse du couple…"

Ou encore :

- "moi qui ai peur de construire, je suis aimantée par cette personne, irrésistiblement attirée par son "menu" de non construction d’amour".

Et tout cela bien entendu de manière totalement inconsciente pour les deux partenaires ! Chacun d’eux, sera attiré par la même énergie que la leur, même si cette énergie reflète la souffrance.

Difficile à admettre comme situation lorsque l’être croit intimement que le seul instigateur de son "malheur" c’est l’autre ! Ou alors qu’une sorte de malédiction s’est abattue sur son berceau.

Le Plan Ethérique

Ce plan symbolise la santé, la vitalité et l’énergie d’un être. Si l’on a des symptômes de maladies, c’est ce plan qui sera touché ainsi que le plan astral (siège émotionnel). 

Qu’est-ce qu’une maladie symptomatique ? Il est ici question de l’âme se servant tout simplement du corps car elle ne parvient pas à"parler" au mental. Pour citer quelques exemples évoqués par Brigitte : 

"J’ai mal aux yeux car ce que je vois dans la vie me brûle les yeux, mais je ne veux pas le dire, l’affronter."

"J’ai mal aux oreilles car j’entends ces non dits et secrets de famille que je ne peux plus supporter. Par peur d’affronter cette vérité" 

"J’ai mal à la gorge car quand je parle, il faut toujours que je crie ma vérité pour montrer que j’existe !" 

"J’ai mal aux poumons car je manque de confiance en mes racines, en mes ancêtres, en ceux qui m’ont donné la vie."

Pour toutes ces raisons-là, c’est bien l’âme qui crie au secours, tentant de se servir du corps pour nous faire pénétrer au cœur du plan mental, afin de nous expliquer que nous sommes en dualité et en porte à faux au sein de notre propre vie.

La méthode dévoilée

Avant toute chose, il est important de savoir que ce procédé reste sans danger pour le consultant et pour le pratiquant. Pour preuve, l’expérience de Brigitte qui s’active à cette technique depuis déjà de longues années et qui n’a jamais été affectée de quelque manière que ce soit par la fonte du plomb. 

Ce travail des plus minutieux s’effectue sur les sept chakras du consultant, centres d’énergies situés dans le corps, entre la base de la colonne vertébrale et le sommet du crâne.

Brigitte commence donc par faire fondre un disque de plomb dans une casserole. Puis, le consultant est alors placé debout,  juste au-dessus d’une grosse bassine d’eau. Elle fait ensuite « exploser » le plomb, préalablement passé en balayage autour du corps du consultant et notamment à hauteur du chakra racine7. Du plomb fondu explosé dans l’eau, vont découler les informations désirées. Le matériau va ensuite produire diverses formes, permettant à Brigitte de débuter réellement sa voyance en « lisant » au sein du passé du consultant !

Mise en lumière totale de l’être

Par la découverte des diverses formes produites par le plomb, l’enfance est mise à jour : tout d’abord, le père et la mère puis, viennent les émotions enfouies au plus profond du consultant depuis toujours. Devant cette mise en évidence, celui-ci se voit réellement constater, qu’étrangement, le plomb « parle » bien de SON existence ! En fonction de la découverte de l’état du chakra examiné, qu’il soit abîmé ou non, Brigitte va ainsi décrire la vie que devait mener la personne étudiée. Comme le fait un livre délivrant d’enrichissantes informations, elle procède à une authentique lecture de l’être humain ! En décrivant ainsi la vie du consultant, que l’on pourrait aisément nommer patient en de telles conditions, elle considère les divers traumatismes ayant eu cours durant sa vie. La situation résultante pour son existence revient manifestement à la fameuse loi de cause à effet dont nous avons parlé. La responsabilisation de l’individu, maître unique de son existence, parait par là même d’une logique sensée. Durant la séance, ses guides interviennent afin d’offrir leurs précieux conseils et ainsi permettre au consultant de se délivrer de ses propres traumatismes et  autres scories chargeant son aura. Puisse enfin cette personne atteindre la vie lumineuse qu’elle mérite sur cette planète ! Brigitte lui offre là une réelle possibilité d’ouvrir une porte pleine d’harmonie et de liberté.

Les chakras : pour une guérison approfondie

Nous avons pris connaissance ci-dessus du chakra racine, siège de l’incarnation de l’être humain. A présent, nous allons découvrir ensemble, au fil du travail de Brigitte, les six autres précieux centres énergétiques.

 

- Le chakra sexuel et de procréation : correspond autant aux hormones qu’au renouveau pour l’être, la possibilité de recommencer à zéro. Il est siège de la vitalité, de la confiance en soi. Il détermine s’il y a chez le patient un blocage éventuel, d’où il vient, pourquoi se trouve-t-il à cet endroit et comment le vit la personne.

- Le chakra de l’ego : indique comment le consultant se perçoit et comment il est perçu par autrui.  S’ensuit alors le même processus lors du travail de Brigitte.

- Le chakra de l’amour : symbolise toute l’énergie de bien-être, la béatitude, l’amour pur divin, l’amour tendre et protecteur…

- Le chakra de la gorge : indique, si blocage bien sûr, une peur de parler mais également de créer, ainsi que des peurs liées au changement.

- Le chakra de la voyance ou troisième œil : est l’indice que nous sommes tous voyants, médium et guérisseurs nous révèle Brigitte. Si ce chakra semble bien « ouvert », la personne sera à même d’utiliser sa clairvoyance naturelle à bon escient, bénéficiera d’une bonne dose d’objectivité, d’intuition et de sagesse. Si, au contraire, ce chakra est bloqué, là encore on peut y déceler une peur inconsciente du consultant.

- Le chakra coronal : se relie directement aux énergies divines. Brigitte parle ici de concrétisation. Ce chakra, correctement ouvert, renforce principalement la volonté. Il correspond à la paix et l’élévation spirituelle. 

A noter qu’à chaque chakra, la situation de cause à effet étant définie, les guides offrent leurs conseils pour la libération du patient. 

Lors de son travail de fond, Brigitte indique qu’elle intervient par un « curetage de l’Aura ». Selon elle, c’est un peu comme si l’on comparait le consultant à une vitre nécessitant d’être nettoyée. Grâce à son travail par le plomb, cette mise en œuvre de nettoyage de l’aura prend toute son ampleur. Le consultant s’avère profondément débarrassé de toutes les scories incrustées dans le corps fluidique depuis son programme de vie.

Après ce procédé de « curetage aurique », s’engendre des effets indéniables au sein de la vie du patient. Par conséquent, sa pensée et sa conception de l’existence sont aiguisées. Brigitte a constaté également une clairvoyance exacerbée au bénéfice de l’individu, une nouvelle prise de conscience lui étant alors offerte.

Quel impact au long terme ?

Apparemment le plomb fait effet durant environ 7 à 8 mois sur un consultant traité qui se voit ainsi dévoiler des vérités nouvelles. D’après les constatations de Brigitte, si le patient vit au sein d’un milieu et d’un entourage positif, les effets en seront amplifiés, et il reprendra tout naturellement confiance en sa vie, sachant mieux y trouver sa place. De nouvelles initiatives ne seront alors pas exclues, l’harmonie régnant vraiment en lui et autour de lui.

En revanche, dans le cas d’une personne mal entourée et/ou « malchanceuse », les choses tourneront tout de même en sa faveur. Car elle bénéficiera aussi d’une nouvelle clairvoyance, lui faisant alors percevoir toute la vérité de sa vie. Les découvertes pourront parfois être douloureuses, mais salutaires au long terme : s’être trompé sur une amitié, sur un amour, ou bien concernant une voie professionnelle ou autre. Cette acuité toute neuve se fera comme aveuglante même si, auparavant, cette personne refusait de voir ce qui n’allait pas dans son existence. 

Une chose est sûre, quoiqu’il advienne, l’individu ne portera plus le même regard sur sa propre vie après être passé au « crible du plomb ». L’avantage sera aussi l’occasion d’accéder à un pouvoir des plus nobles : celui de décider ou non de changer son existence pour un tournant plus positif que par le passé. Le consultant se verra équipé de SA nouvelle Vérité et sera plus lucide s’il entreprend réellement une amélioration de sa vie, cela va de soit. En cas de mutation mûrement envisagée, alors les guides interviennent à nouveau afin d’ouvrir certaines portes pour aider cette personne dans sa réelle conception. Elle sera ainsi amenée à réussir sa vie, ses relations, ses projets.

N’est-ce pas un merveilleux cadeau que lui aura offert une séance de voyance par le plomb ?

L’enseignement des guides

Brigitte a bien entendu tenu à nous éclairer plus en détails concernant les précieuses connaissances transmises par ses guides spirituels. En effet, on peut se demander pourquoi ils lui ont enseigné de travailler le plomb de cette manière très thérapeutique. Nous savons maintenant qu’il s’agit d’un réel travail de fond sur l’individu. La mise à nu de ses qualités et de ses défauts le rend par conséquent plus responsable et infiniment plus libre pour choisir la voie qui lui est destinée depuis toujours… 

Brigitte précise avec humilité qu’il convient d’avoir conscience que personne ne détient la connaissance universelle et la science infuse. Ce qu’elle ne prétend absolument pas, vous l’aurez compris au fil de cet exposé. Si elle adhère à cette pratique thérapeutique efficace, c’est qu’elle a tout simplement le seul dessein de partager ses précieuses informations ancestrales. Pour la simple raison qu’elles ont depuis fort longtemps fait leurs preuves. Cette pratique originale et méconnue, mais non moins véritablement efficace, apporte aux êtres un flot de lumière qui éclaire leur propre Vérité.

Grâce au travail du plomb, Brigitte souhaite transmettre cet enseignement qui a fortement agit sur sa propre existence et sa propre destinée. C’est pour cela également qu’elle a décidé d’en faire bénéficier tout être en souffrance et en demande, sur cette terre. Et elle nous le confirme vivement, tous ceux qui ont bien voulu tester et adopter la voyance par le plomb ont indéniablement transformé leur vie en ne la subissant plus. Elle insiste aussi sur ce point primordial, source des bienfaits de son travail : « Si l’on écoute bien le message dévoilé par le plomb, tout devient plus limpide dans l’existence. Car la clé de la libération et de l’harmonie de vie si situe au cœur de l’être. »

Seulement, savoir écouter est une autre paire de manches pour nous autres humains, souvent trop pressés par le temps et contraints par les soucis quotidiens !

Après la vie

Parmi leurs messages emplis de ressources, les guides ont révélé à Brigitte que, bien entendu, en fin de vie terrestre, le corps mourrait. Tout le monde s’accorde avec cette vérité scientifique indéniable. Or, après la vie si familière, d’autres événements se dérouleraient : l’âme jaillirait de son corps de chair. Pour aller où ? Pour poursuivre la vie sur un autre plan avec un nouveau corps, plus spirituel. 

Cette révélation capitale concerne toute une humanité, trop souvent troublée et effarée par la seule idée du néant ! A ce moment-là, quelle lueur d’espoir magique apparaît ici par la survivance des âmes. Les guides l’attestent formellement à Brigitte : oui, après la vie terrestre, nous sommes toujours vivant ! 

Le fameux corps spirituel, nouvelle enveloppe de transition, serait donc d’origine "fluidique". Après la mort du corps physique, ce corps spirituel passe sur un autre plan provisoire nommé justement « transition ». C’est bien en ce lieu de transit que l’âme effectue son bilan de vie. Ce bilan apporte à l’âme la résultante de ce qu’elle est afin de cibler le plan qui lui conviendra le mieux pour son évolution et sa croissance. 

Quand le voile de l’oubli se retire alors, l’âme visualise toute sa vie passée sur Terre. Par là même, la compréhension s’affirme. L’être SAIT. Il connaît désormais le but de son incarnation. Il apprend pourquoi il a fait de tels choix. Et puis, comme par "magie", l’âme voit surgir ses propres réponses, SA propre Vérité. Son incarnation aura-t-elle été poussée à travailler la charité, l’humilité, la confiance en soi, l’amour de l’humanité ou celui des enfants ? Le bilan de la vérité mène, quoiqu’il arrive, l’âme à l’évidence. A-t-elle ainsi bien tout saisi de son enseignement sur Terre ? 

Subsiste tout de même une question qui peut se poser très souvent en matière de croyance en la survivance. Effectivement, l’âme a-t-elle tous les pouvoirs concernant son propre jugement ?

Les guides répondent par l’affirmative. Sur le plan transitoire, on découvre que l’âme demeure libre en tout point de vue, ce qui lui permet de soupeser ses bonnes et mauvaises actions. 

Après cet examen général, les guides montrent le bien et le mal accompli sur Terre. Ils expliquent que l’enfer et le purgatoire n’existent pas, puisque de « l’autre côté », tout est amour. Mais pourquoi montrer à l’âme ses actes positifs et négatifs ? La raison, une fois encore, est très simple : tout compte déclarent les guides.

Un élan de compassion, un sourire, un geste amical ou fraternel ; tout acte d’amour en somme. L’âme re-visualise ainsi les scènes de ses actes bénéfiques, et les bienfaits, bref, tout le bonheur généré dans sa vie.

L’impact des actes négatifs est tout autant passé au crible. 

En conclusion, les guides confirment la toute puissance de l’homme, combien son impact et le moindre de ses actes comptent sur Terre ! Car on peut tous avoir une action sur la moindre vie, voire même sur le monde entier. C’est ce que l’on pourrait appeler la notion de responsabilité à grande échelle !

Le pouvoir salvateur ou destructeur du libre arbitre

Passée la rétrospection de la vie venant de s’écouler sur terre, les guides passent ensuite à la « projection visuelle » des personnes, proches ou lointaines, vivantes ou décédées, côtoyées durant toute l’existence.

Quel est le but de cette mise à nu générale ? Les guides observent qu’il est important de pouvoir reconnaître ces âmes dans la mesure où l’on peut faire d’étranges découvertes. A cet effet, lors de cet examen minutieux, il est fort possible que des âmes que l’on croyait « amies » sur Terre (un parent, un enfant, un amour, un frère ou autre) aient été des ennemies venus d’un passé parfois très lointain, lors de la transmigration des âmes8.

Durant notre incarnation actuelle, les guides expliquent que ces gens si familiers et notre âme, avons ainsi déterminé un « scénario de vie ». Au sein de ce « film de vie », chaque guide endosse tel rôle d’acteur ou d’actrice afin d’aider l’âme à travailler en elle-même, dans un but d’évolution toujours plus croissante dans la vie. Il peut s’agir d’un proche qui se présente en « obstacle » qui se révélerait salutaire au bout du compte. Brigitte l’atteste judicieusement grâce à l’exemple suivant : 

Une journée de congé, je décide de repeindre mon salon et me lève très tôt vers 5 heures du matin. Je peins alors sans m’arrêter jusqu’à 23 heures quand le téléphone sonne. Il me reste un pan de mûr à peindre mais tant pis, je décroche. C’est ma meilleure amie, en pleurs. Je lui remonte le moral durant une bonne heure. Quand enfin je raccroche le combiné, je suis fatiguée et courbatue. Alors, je prends une douche et vais me coucher. Le lendemain matin, à la première heure, on sonne à ma porte. C’est mon cousin Robert, celui qui a toujours le don de faire la réflexion qui tue ! Il me dit :

"Dis-moi Brigitte, ça sent la peinture chez toi !"

Je lui raconte ainsi ma journée et ma soirée quand il me réplique tout de go : 

"Tu ne vois pas que tu as semble-t-il oublié ce pan de mûr là-bas ?"

- Oh zut, en effet ! Vois-tu, mon amie déprimée a téléphoné hier soir et du coup, j’étais trop fatiguée pour continuer et l’ai donc oublié ! »

Là pour le coup, le cousin Robert me regarde droit dans les yeux et me lance :

"Ah, c’est quand même incroyable, tu ne changeras donc jamais ! C’est toujours le même problème avec toi. Tu commences tout et tu ne finis jamais rien !"

Mais comment peut-il me dire une chose pareille ? La colère me prend, je suis touchée par sa réflexion et je lui rétorque : 

"C’est toujours pareil avec toi ! Tu as toujours le don de lancer la phrase qui fait mal !"

Bref, je suis dans un état lamentable. Alors mes guides interviennent et disent : « Stop Brigitte ! Vous faites tous cela ! Au lieu de t’arrêter cinq minutes pour te dire : "mon dieu, pourquoi ai-je réagis ainsi, pourquoi suis-je dans cet état, si vulnérable ? Si je n’avais pas répondu au téléphone pour secourir mon amie en pleurs, je l’aurai fini ce satané mur, car je m’étais levée à temps pour cela ! Alors, pourquoi ?"

Ses guides lui répondirent :

"Vous agissez tous de la sorte ! En n’importe quelle situation de la vie, vous vous centrer sur vous et vos émotions. Si vous faites l’inverse, vous vous apercevrez que personne n’a de pouvoir sur vous, exceptée l’emprise que vous voudrez bien accorder aux autres ! Pour reprendre ton histoire avec le cousin Robert, il t’a envoyé une flèche par le biais de sa réflexion mais celle-ci n’a atteint sa cible que pour cette simple raison : peut-être que toi, Brigitte, dans TA vie tu te sens invulnérable, capable de tout régenter sans consentir à être soumise aux aléas de l’existence ? Aussi, par sa réflexion, Robert t’a démontré tout bonnement ton impuissance !"

Voici bien un point sur lequel Brigitte n’avait en effet pas réfléchi. Toujours est-il qu’elle était tout de même en colère après ses guides et rétorqua ainsi :

"Comment ? Vous m’expliquez que j’étais donc une scénariste et que ma vie serait un programme plus ou moins négatif, uniquement créé par moi-même, dans le but de me faire travailler, peaufiner et améliorer mon âme ? Qu’il y aurait des personnes qui auraient le droit de me pétrir comme du bon pain, uniquement parce qu’ils ont endossé un rôle sur mon chemin ?"

Les guides poursuivirent :

"Non, Brigitte ! Mais prenons un second exemple. Supposons que tu aies une amie d’enfance qui a passé sa vie à être bonne et généreuse. Jusqu’au jour où il lui arrive une grosse déception et s’ensuit ainsi une forte dépression. Aujourd’hui, elle pèse 150 kilos, ne peut plus bouger, n’a plus de travail, plus d’amis, et encore moins de petit ami. Elle finit par rester cloîtrée chez elle, met sa santé en danger, devient de plus en plus aigrie éloignant ainsi son entourage. Bien sûr, toi Brigitte, sa meilleure amie, tu as semble-t-il tout fait pour l’accompagner dans son épreuve. Tu l’as aidée, à ta manière mais hélas, tous tes efforts ont été réduits à néant. Alors un jour, le cœur et l’esprit pleins d’espoirs déçus, tu te rends chez cette amie, refusant de la voir dans cet état destructeur dans lequel elle s’est mise. Voici ce que tu lui dis : «  A partir de maintenant, tu peux oublier mon numéro de téléphone ! Car vois-tu, j’ai perdu trop de temps avec toi. A présent, je vais tout simplement offrir ce temps, ainsi que ma bonté et ma gentillesse, à quelqu’un d’autre et faire don de mon aide à des personnes qui me donneront l’impression que je suis utile ! Car, manifestement, tu as l’intention de te détruire. Tu sembles te complaire dans cet état. Eh bien, d’accord, c’est TON choix et c’est TA vie ! Comme moi je demeure impuissante devant tant de déchéance humaine, je ne compte pas y assister plus. C’est pourquoi je m’en vais, oublie-moi !"

La question divine : rien n’est hasard

D’après les guides de Brigitte, bien sûr que Dieu existe et qu’il aurait TOUT pouvoir afin de la dissuader d’aller faire encore plus de mal à son amie en détresse ! Néanmoins, Dieu laisse faire. Pour quelle raison ? Les guides affirment que Dieu n’espère qu’une chose, notamment dans le cas présent. Peut-être que grâce à la visite de Brigitte, son amie aura enfin le déclic pour se reprendre, que ce soit par orgueil, pour récupérer son amitié compromise, par pure vengeance ou autre. Autrement dit, Dieu n’a pas envoyé de signes divins, dans le seul but que cette femme agisse enfin sur elle-même et reprenne le cours de sa vie en toute harmonie, afin qu’elle s’active sur SA propre vie car elle seule en est la maîtresse. 

Il se trouve que souvent les gens de foi s’adressant alors à Dieu, se posent en général la même interrogation : "Mais enfin, toi qui est si puissant, pourquoi n’es-tu pas intervenu dans l’affaire de cette fillette, violée et massacrée ? Pourquoi n’es-tu pas intervenu à cet instant ?" De si tragiques incidents ne peuvent que bouleverser les esprits et les cœurs et faire dès lors réagir contre les forces divines. Que font-elles pour aider vraiment les êtres humains sur cette Terre, théâtre trop fréquent d’événements effroyables ? 

Dans le cas cité de la meilleure amie victime d’elle-même, Brigitte nous répond, toujours d’après l’enseignement de ses guides :

"En ce qui me concerne, lors de mon passage en plan de transition après ma mort, je ne répondrai pas de mon acte car j’aurai vraiment donné le meilleur de mon être envers mon amie, quitte justement à sacrifier notre amitié pour qu’elle s’en sorte ! Et si pour cela je dois être perverse et méchante, Dieu le permettra car il sait que cela pourra apporter LE déclic à mon amie. Et mon âme, une fois parvenue au plan de transition, aura en devoir de maîtriser « la méchanceté et la perversité », ou, si elle n’a pas encore compris la leçon, devra la subir à son tour !" 

Cela signifie bien qu’effectivement, TOUT ce qui nous arrive  a été programmé dans l’unique but de "travailler, peaufiner, améliorer notre âme". Et que, par conséquent, si un jour nous devons vivre une injustice, nous le savons et Dieu le sait autant que nous !

Pourquoi permet-il cela ? Quelle leçon veut-il que nous comprenions ? Que devons-nous transcender grâce à cette "épreuve test" ? Toutes ces questions nous surprennent tous à un instant plus ou moins trouble de notre vie.  A présent, nous sommes plus en mesure  d’y répondre grâce à l’expérience de Brigitte et à ses précieux guides spirituels.

Et si des personnes se trouvent sur notre chemin en tant qu’acteurs de notre vie, rappelez-vous : si ces êtres jouent leur rôle avec amour et/ou avec haine, cela n’est pas notre problème.

Mais gardons bien à l’esprit les questions qui se soulèvent à l’issu des propos de Brigitte : "Pourquoi, toi, tu es dans MA vie et que je suis "obligée" de passer par TOI alors que tu m’ennuies, que tu m’agresses, que tu me déranges ? Quel est ton rôle et quel est le miroir que tu m’envoies pour mon évolution ?"

Une autre forme d’envoûtement

Selon les connaissances transmises par les guides de Brigitte, nous serions donc tous, à notre échelle, des "jeteurs de sort". Car, sans nous en rendre compte, il nous est tous arrivé de jeter un "sort" à un individu passant dans notre vie. Est-ce si étonnant pensez-vous ? 

Par son vécu, Brigitte retrace une histoire ayant eu cours en 1990 :

"Je faisais mon lit en pensant à une maison de campagne bâtie en meulière, couverte de lierre, avec un saule pleureur sur sa gauche. Sortant de ma chambre pour aller chercher un chiffon, je passe dans mon salon. Qu’elle ne fut pas ma surprise d’apercevoir dans la pièce un grand écran vierge, identique à ceux des salles de cinéma ! Interdite, je vis que l’écran blanc semblait matérialisé. De plus, il ne touchait ni le sol, ni le plafond ! Au centre de cet écran, je distinguai alors ma propre pensée en couleur de la maison en meulière. L’instant ne dura que quinze secondes. Tout ce que je sais, c’est que j’étais complètement éveillée et en pleine forme. La seule chose constatée fut mon état tétanisé m’empêchant de  bouger lors de cette singulière apparition ! Gardant les yeux très ouverts, je me dis : "Brigitte, tu es saine de corps et d’esprit, tu ne bois pas, ne te drogues pas, ne prends aucun somnifère. De plus, il n’y a pas de soleil dans la pièce." Mais qu’était-ce que cette histoire ? Toujours est-il que l’écran dématérialisé n’évoqua aucune forme de message spécifique mis à part l’apparition de cette habitation.

Quelques temps après l’incident, je me rendis en librairie ésotérique pour raconter ce vécu extraordinaire. Là-bas, ils me dirent de regarder dans le rayon de la pensée vivante et créatrice.

Ouvrant ainsi un livre sur ce thème, je lis effectivement ceci :

" Toute pensée émise est créée dans l’univers"

On peut dire que je ne pouvais qu’être en accord avec cet auteur éclairé ! Bien entendu, je tiens à préciser que jamais auparavant, je n’avais rien lu ni entendu sur ce thème. Toutes les preuves sur la pensée vivante et créatrice que je détenais résultaient de mon unique expérience. C’était pour moi indéniable ! Alors voici ce que m’ont une fois de plus révélé mes guides :

"Supposons qu’une personne souhaite que ton mari te quitte. La pensée de cet être va s’axer vers ceci : "ils ne s’aimeront plus, se disputeront constamment, n’auront plus envie l’un de l’autre" ou bien "elle aura un accident, elle grossira, elle tombera malade…"  Mais comme cela ne suffira pas à l’être malfaisant, il se rendra chez un jeteur de sort. Le "sorcier", heureux d’avoir un contrat, utilisera alors toute sa panoplie d’ustensiles de magie pour son travail. Sera donc fabriquée une dagyde9 sur laquelle il pourra opérer avec des aiguilles, des incantations et autres poudres afin de produire le mauvais sort. 

D’après mes guides, il convient de bien savoir que cette mise en scène « magique » est bidon ! Certes, mon jeteur de sort, grâce à ses supports et à sa seule volonté de haine, va cristalliser  un scénario en raison, par exemple, de dix minutes par jour pour activer le sort en question. Mais un être ayant une forte pensée de haine contre moi, tous les jours, bénéficiera de la même force que ma propre pensée qui a créé l’apparition de la maison en meulière !

Notons que cette fameuse pensée est alors créatrice d’un égrégore10 qui, ainsi créé va incarner une sorte de "colis", qui sera envoyé vers l’être visé, comme une simple lettre à la Poste. L’égrégore tournera ainsi autour de l’aura de l’individu, et s’y accrochera en la pénétrant, à l’endroit où il sera le plus faible, le plus vulnérable, le moins lumineux. C'est-à-dire, au sein de ses propres défauts bien sûr ! 

Prenons un exemple : en supposant que je sois soumise à la jalousie obsessionnelle. Lors de rêves nocturnes, je rêve de mon mari qui me trompe ! Le lendemain, je ne suis bien évidemment pas de bonne humeur. La journée durant, mon esprit est traversé par des pensées obsessionnelles. Tout me semble louche dans l’attitude de mon époux. Bien entendu, cela se dégrade de plus en plus entre nous et mon regard sur lui s’avère plus soupçonneux. Toute circonstance et toutes attitudes de mon mari sont source d’interrogations : "tiens, quand je lui téléphone au travail, il n’est jamais disponible pour moi", "il a changé de parfum", "il met toujours sa chemise préférée", "il rentre en retard le soir " ! Et puis, il y a tous ces rêves désagréables qui sont des "indices" qui me prouvent que j’ai raison : je suis sûre qu’il me trompe !"

Alors la suspicion augmente. Je vide ses poches et regarde sa messagerie. Pendant six mois je vais faire une dépression, tomber malade, grossir/maigrir ! Ce sera l’enfer à la maison. Et arrivera ce qui "devra" arriver. Mon mari, à force de vivre dans ces conditions, finira vraiment par me tromper, accusé à tort par sa propre femme. Il me trahira avec notamment cette jeune fille qui lui tourne autour et le piège se refermera ! Ou bien il me quittera car je ne ressemblerai décidément plus à la femme qu’il aime. D’ailleurs, il ne me reconnaîtra même plus ! 

Voilà, mon jeteur de sort (ou Pierre, Paul, Jacques) a eu raison. Car, SI je reconnais que j’ai ce problème de jalousie obsessionnelle et comme la vie est une belle école, elle me renverra sans cesse MON défaut ! Poursuivons cet exemple : "Si je pars faire des courses au supermarché avec mon époux que je soupçonne, je trouverai que, décidément, même la caissière semble trop gentille et prévenante avec lui. Idem pour la boulangère qui met un temps fou à lui donner sa baguette de pain. Et quand nous recevrons du monde, je trouverai que la gente féminine s’intéresse de trop près à mon époux…"

"La vie est une belle école !"

Car, bien sûr que ce n’est la faute de personne si je suis jalouse. La seule coupable dans l’histoire, c’est moi ! Alors, je vais décider de me dire que, dès que ma jalousie pointe son nez : "Fais attention Brigitte, sache que tu es ta « propre ennemie". Quand tu es soumise à  ta jalousie, tu n’as plus le discernement nécessaire pour agir car tu deviens paranoïaque, impulsive, intolérante. Combien de fois as-tu fait des histoires où il n’y avait pas lieu d’en faire ? Tu ne peux pas avoir confiance en ce que tu ressens à ces instants troublés car tu es "malade" et aveuglée par cette jalousie obsessionnelle ! Celle-ci te maîtrise et détruit TA vie."

Alors, je vais décider d’abord de me méfier de moi-même et rejeter cette jalousie qui empoisonne mon existence et qui m’a surtout fait commettre bien trop de dégât ! En réagissant ainsi de la sorte, en rejetant loin de moi ce défaut que je reconnais, je vais me créer une "coque d’invincibilité". Autrement dit, dès qu’une énergie extérieure pénétrera mon aura, je serai toujours titillée, travaillée, exacerbée dans mes propres défauts incarnés ! 

C’est la raison pour laquelle mes guides m’ont demandé de travailler le plomb de cette façon. Seulement nous allons découvrir que l’enseignement des guides ne se termine pas là puisqu’ils révèlent une autre forme d’envoûtement, tout aussi nuisible à l’être humain. Il provient cette fois du monde parallèle à celui que nous connaissons tous. Un univers invisible mais pourtant bien réel…

Troisième forme d’envoûtement : après la vie

Cette forme d’envoûtement se produit effectivement dans le cas d’un parasitage par une personne décédée – donc devenue âme - qui ne serait pas montée dans la lumière. Pourquoi ? Dans la majorité des cas, raconte Brigitte, il s’agit de personnes qui sont athées, non croyantes et qui croient seulement au néant après la mort. Brigitte précise qu’il n’est, bien sûr, pas question de juger ici qui que ce soit dans sa manière de vivre ou de penser. Le but de cette remarque s’avère importante pour mieux saisir l’enseignement des ses guides concernant ces âmes "perdues". 

Le message des guides se révèle des plus clairs au sujet du parcours de l’âme après la "mort ", ou comme il me plaît à le baptiser, durant son "envol" :

L’âme et l’esprit se détachent du corps physique. A noter qu’en tant qu’esprit, nous pensons. Quand nous pensons, nous sommes. Une personne décédée s’incarne donc par conséquent dans un corps spirituel, fluidique. Selon sa propre pensée, cette entité va désormais concevoir ce corps fluidique comme étant sien ! On comprend à l’évidence que ce corps fluidique sera donc créé à « l’image » que l’être aura de sa conception initiale, durant sa vie terrestre.

Cette âme errante va se dire : "Ah tiens, je suis sorti indemne de ce terrible accident !"ou encore "je sors de la salle d’opération" ou bien "je suis en convalescence !" Puis viendra irrémédiablement le "J’aimerai rentrer chez moi", c'est-à-dire "dans ma maison". L’entité ayant ainsi toujours conscience d’être « bien vivante » ! Aussi, dans le monde spirituel, la pensée et le désir sont concrétisés selon la volonté de l’individu. Puisqu’il n’a alors plus de "corps de chair", l’esprit, ou l’âme, se trouvent instantanément projetés PAR la pensée à l’endroit qu’ils souhaitent.

De ce fait, la personne qui désirera rentrer chez elle y sera "projetée" immédiatement ! Par contre, elle se posera désormais mille questions :

- concernant l’attitude de ses proches à son encontre : "mais, pourquoi ne me parlent-ils plus ?", "Pourquoi semblent-ils ne plus me voir ?" En définitive, pour quelle raison font-ils "comme si j’étais morte" ?

- relatives au monde matériel : "pourquoi y a-t-il ce panneau de vente devant ma propre maison ?"

En gros, que signifie cette mascarade ? Ainsi la personne/entité croira à un cauchemar et, désirera se réveiller mais ce qu’elle pensera n’être qu’un mauvais rêve se métamorphosera en un enfer terrible ! L’âme se mettra à crier qu’elle veut de l’aide et qu’elle n’en peut plus de cette condition.

A ce titre, certaines personnes pourront se sentir injustement condamnées ou punies à cause de leur incroyance. Bien sûr, il n’en est rien ! Il s’agit juste d’une projection de vérité personnelle conçue par l’entité pour laquelle il ne réside aucune place pour SON inconcevable ! Ce qui signifie que même son guide n’aura pu pénétrer son plan mental, même par l’entremise d’un message du type "écoute-moi, je vais t’expliquer ta condition nouvelle. Te dire pourquoi tu ne comprends pas ce qu’il t’arrive !" Ou encore des messages rassurants comme "n’aies pas peur, je suis ton guide dans l’au-delà…"

Ajoutons que cette entité en verra d’autres venir à sa rencontre. Et ces personnes défuntes lui expliqueront alors qu’elles ne viennent pas la chercher mais qu’elles-mêmes sont déjà "mortes", et qu’à cet instant il ne faudra plus nier l’évidence que la survivance des âmes se prouve par leur présence… Ainsi, cette nouvelle âme percevra une magnifique lumière au loin ; elle acceptera enfin d’aller vers cette lumière, au moment où elle-même aura décidé de son envolée. Il conviendra alors qu’elle s’écoute pour permettre de s’ouvrir à sa nouvelle condition de vie en se disant : " pourquoi pas concevoir enfin SON inconcevable ?" 

Pour toutes ces raisons, ces âmes peuvent errer un jour, un mois, un an, voire même des siècles, accrochées à notre plan terrestre si familier ! 

En seconde majorité des cas, les âmes savent parfaitement qu’elles sont « décédées », mais refusent de s’unir à la lumière. En général, il s’agit d’une peur de l’enfer due aux fausses croyances qui leur ont été inculquées. Autrement dit, ces entités préfèrent rester dans leur maison terrestre, s’accrocher à leurs objets personnels et à leurs proches… Et bien sûr subsiste quelquefois la fausse croyance relative à l’enfer ! Ces âmes craignent tant que leurs actes les plus négatifs soient horriblement punis et entraînent une damnation sans appel. Et puis, il existe aussi une autre forme de peur de l’autre côté : celle de risquer tout simplement de soulever le fameux voile de l’au-delà par angoisse de la découverte qui les attend ! 

Brigitte évoque une autre catégorie d’âmes qui souhaitent rester près de leurs proches, par pure possessivité, comme s’ils s’investissaient d’une mission de protection envers eux.

Elle met également l’accent sur les pauvres âmes suicidées. Ce pauvre suicidé qui ne comprend pas son enfer car il est toujours dans le même état d’esprit et de détresse quand il passe de l’autre côté ! Envahi par la désolation qu’il avait avant de commettre cet acte, il croira s’être raté puisqu’il souffre encore ! Si l’enfer a un nom, n’est-ce pas celui-ci ? Certes, c’est très probable. Ou alors, pourra-t-on parler du cas de l’âme suicidée comprenant très bien son nouvel état mais qui se devra (pour lui bien sûr) de rester près des siens pour obtenir leur pardon. 

Brigitte a elle-même appris que pour toutes ces raisons-là, il existe des âmes en souffrance : des âmes qui nagent dans la totale incompréhension de leur nouvelle condition et qui restent accrochées au plan terrestre : par amour, par passion, mais aussi par colère ou par rancune.

Pour citer un exemple révélateur :

« Un savant décédé, et dont l’âme est en errance, pourra donc investir l’âme d’un autre scientifique, et au travers de son confrère encore vivant, poursuivre ses propres recherches ». C’est incroyable n’est-ce pas ? Alors comment savoir si nous ne sommes pas, nous aussi, parasités par une autre âme en errance sur Terre ? Nous allons le découvrir par le biais d’un autre vécu enrichissant de Brigitte.

Parasitage extérieur et intérieur

Un jour, Brigitte et son époux décident tout naturellement de se programmer une petite soirée entre amoureux, sans leurs enfants. Tous deux mettent du cœur à organiser leur projet et chacun se met sur son 31. Avec impatience, Brigitte attend son mari qui rentre bientôt muni d’un magnifique bouquet de fleurs. Après d’affectueux compliments à l’égard de son épouse, chacun prend place dans un fauteuil pour trinquer au champagne à leur amour. Puis bien sûr s’enchaîne tout naturellement la conversation.

Son mari lui lance : « Tiens, aujourd’hui je suis allé voir Pierre ! » Brigitte, prend un air soudainement contrarié et se dit intérieurement : « pourquoi n’est-il pas allé voir Jean ? » Puis, fait étrange, Brigitte s’aperçoit ensuite que tout ce que son époux dit l’agace ! Les deux amoureux se chicanent mutuellement, au point que Brigitte semble même ne plus trouver aucun charme à celui qu’elle aime ! Mais, que diable s’est-il donc passé ce soir-là, alors que tout semblait si bien orchestré entre ces deux conjoints au demeurant amoureux ? Brigitte s’interroge devant cet état de fait. Elle se sent pourtant elle-même, dans son état habituel… Bien sûr, les guides ne manquent pas d’apporter leur éclaircissement à cette situation délicate : « Brigitte, retourne en arrière. Que faisais-tu avant que ton époux n’arrive ? Etais-tu au téléphone ? As-tu reçu une visite ? As-tu lu un livre ou écouté une chanson particulière ? Regardais-tu la télévision ? Et surtout, à quel moment précis t’es-tu aperçue que ton humeur avait changé ? Car il est fort possible que, toutes ces formes de communication, et cela même si l’on n’a pas parlé de TA vie, aient pu remonter dans  TA mémoire une frustration de TON passé. Par conséquent, tu n’as pas directement pris conscience de ce fait. Mais il faut savoir qu’une émotion a pu ainsi ressurgir ! Peut-être s’agit-il d’une frustration due à une humiliation avec un homme ? Et c’est ton époux, ce soir, qui aura ainsi joué le rôle de bouc émissaire à ce titre. Alors, je t’en prie Brigitte, ne gâche pas cette superbe soirée ! Mets de l’eau dans ton vin, tu règleras tes comptes avec toi-même (et ton passé) plus tard, car CELA t’appartient, sache-le bien ! Il ne s’est rien passé ce soir mis à part la présence de ton mari qui a « provoqué » malgré lui ta réaction irritée. Par là même, Brigitte prend conscience qu’à chaque fois qu’elle se dégage de quelque chose, il se produit chez elle un phénomène physique particulier : le bâillement ! Durant cette fameuse soirée, elle se souvient ainsi avoir baillé une bonne quinzaine de fois consécutives. Pour Brigitte, il semblerait que cette « crise de bâillements » soit l’indice d’une sorte d’exorcisme, pour expulser, en quelque sorte, des énergies extérieures qui auraient pu la pénétrer ! A chaque bâillement, elle a par conséquent l’impression qu’elle se "refait", pour reprendre son terme.

Comment agir en cas de parasitage extérieur ?

Pour opérer, Brigitte utilise un procédé télépathique11. Elle nous livre ci-après le petit texte s’apparentant à une prière destinée à éviter tout parasitage de l’individu par une entité errante :

"Dans le cas où il y aurait quelqu’un près de moi, sachez que je ne peux, ni vous voir, ni vous entendre, car vous n’avez plus de corps de chair, vous êtes décédé de ce corps, mais vous êtes toujours vivant. L’âme et l’esprit survivent au corps physique. Vous êtes arrivé dans ma maison, je ressens votre présence et votre animosité. En aucun cas, je ne vous laisse le droit de me pénétrer de votre émotion. Mais je vais essayer de vous aider car vous ne comprenez pas ce qui vous arrive ! Il faut absolument que vous acceptiez votre nouvelle étape et vous n’êtes pas dans un rêve ni une illusion. Tout ceci est bien réel. Vous êtes survivant à ce corps car il y a bien une vie au-delà de la mort. Vous avez un guide, un ange gardien et il suffit simplement de l’appeler à l’aide. Il va venir vous parler, vous expliquer, pénétrer votre mental et vous apporter la Vérité de votre nouvelle condition. Vous voyez des personnes au loin, elles sont déjà décédées. N’ayez pas peur, car elles ne sont pas venues vous chercher, elles sont venues vous apporter la preuve de leur survivance. Si vous voyez une lumière, allez vers elle ou appeler-là car, par cette lumière, il y a des personnes qui vont vous aider et vous apporter tout ce dont vous avez besoin, tout ce qui est encore indispensable à votre incarnation terrestre. Si vous étiez lié à l’alcool, à la drogue ou au sexe, toutes ces dépendances vous seront données, en attendant que vous en soyez libéré. L’enfer n’existe pas ! Le véritable enfer est le mental de l’homme enfermé dans ses croyances, dans sa vérité, dans ses principes et ses éthiques. Le véritable enfer que vous connaissez largement car vous y êtes, c’est celui de rester dans un monde où personne ne peut ni vous voir, ni vous entendre." 

Après cette prière – ou incantation - Brigitte en appelle à ses guides et à Dieu, leur demandant de venir chercher cette pauvre âme errante. Mais bien sûr, la colère et l’animosité que ressent Brigitte sont toujours présentes. En revanche, elle va désormais s’en méfier CAR celles-ci ne lui appartiennent pas. Pour l’avoir vécu personnellement, elle nous confirme que cinq ou dix minutes après cette petite séance de libération d’âme, tout s’est bien terminé. Après quoi elle s’est à nouveau sentie plus légère et libérée !

Bien évidemment, une interrogation soufflait toujours à son esprit : pourquoi avait-elle été parasitée de cette façon ? Car Brigitte, au sein de son programme de vie, sait une chose infiniment importante à ses yeux depuis cette histoire. Cela lui a permis d’apprendre qu’en fait, elle était venue se réconcilier avec les énergies de la famille. SA leçon personnelle consiste donc à demeurer constante dans son couple et également de continuer d’aimer l’homme qu’elle aime au quotidien. Etant donné que Brigitte est très indépendante, la constance de l’union lui est apparemment très difficile. Par conséquent, à un moment de sa vie, elle a toujours l’impression qu’on l’étouffe ! Brigitte a donc bien pris conscience qu’elle est venue apprendre à maîtriser cela. Pour elle, continuer à aimer son époux au quotidien signifie être venue régler sa colère contre l’homme. Et au quotidien, elle perçoit son mari dans toute son incarnation, avec toutes ses qualités et tous ses travers. Et justement, quand elle l’appréhende dans ses défauts, sa colère contre l’homme remonte alors en surface !

Cela veut dire que Brigitte pourrait, comme elle le suggère, choisir de quitter son mari pour un oui ou pour un non, de ne plus l’aimer, ne plus le supporter, parce que se sentant "étouffée". Et ensuite en ressentir de la culpabilité en s’apercevant qu’elle l’aime encore. Ou, autre cas de figure, rencontrer un autre homme avec lequel elle aurait envie de reconstruire une union stable et harmonieuse, pour finalement constater que cet homme ne lui convient pas à un moment donné de SA vie, comme un éternel recommencement ! Car à partir du moment où Brigitte vit avec un homme au quotidien, elle semble "aveuglée" par cette colère qu’elle déclenche contre l’archétype masculin. Pourquoi ? Dans son cas, le processus prend forme dès qu’elle découvre les défauts de l’individu, d’où son manque manifeste de discernement et de tolérance qui sont l’indice d’un parasitage évident. Cela touche par conséquent, en rappel, l’endroit où elle se sent la plus vulnérable et la moins lumineuse.

A ce sujet, les guides apportent quelques précisions: « Etant donné que tu es là pour travailler le plan qui est créé pour dégager et purifier ton Aura, nous allons t’apporter également la faculté de montrer l’individu à lui-même. Il se découvrira par conséquent dans « ses propres qualités et faiblesses », car s’il les maîtrise et qu’il les reconnaît – sachant qu’elles lui appartiennent – Il ne se sentira plus jamais victime d’autrui et de la vie. Si cet individu éclairé décide de travailler ses travers, il aura tout compris des lois de la vie, saisissant, par là même, sa propre « invincibilité » face aux adversités parsemées sur sa destinée.

Une voie de sagesse et de transcendance

En conclusion, fort est de constater que la pratique de la voyance par le plomb incarne bien une voie royale et thérapeutique qui démontre que chaque individu a le choix de se servir des clés précieuses présentes en son être .Pour trouver le chemin de la délivrance et afin de mieux comprendre ce qu’il vit ici-bas, il lui suffit simplement de déchiffrer les messages qui surgissent sur sa destinée. 

Nous avons conscience à présent que ces subtils messages proviennent très souvent d’un autre individu dont la place est loin d’être anodine ! Il se trouve à cet endroit pour nous renvoyer en quelque sorte le miroir de notre incarnation, de ce que nous sommes réellement. Ce qui, en un sens, ouvre la voie d’un réel espoir pour toute  l’humanité. Une voie permettant à chacun de dépasser ses propres limites selon ses désirs, non seulement depuis la venue au monde, mais également en rapport à un passé encore plus lointain ; un ailleurs bien révolu remontant aux vies antérieures qui créent le bagage karmique de tout un chacun actuellement.

Cette voyance est considérée comme une voie de sagesse car, n’est-ce pas une preuve d’humilité de consentir à une introspection de ses propres faiblesses pour s’améliorer profondément ? 

Sous la plume de Nathalie Moulin

Notes :
1  En langage Sanskrit Hindouiste, le terme Karma symbolise « l’œuvre, l’action » d’un être humain.
2  Impression d’emprisonnement des énergies, de malchance, de désirs obstrués

3  Qu’on peut nommer anges, êtres de lumière, selon sa croyance intime

4  Il est à noter que chacun d’entre nous peut recevoir ce type de message, puisque nous sommes tous munis de la très précieuse intuition – certains l’appelleront « l’instinct » -.
Cette petite voix intérieure qui guide l’être dans ses choix. 

5   Cet état de réceptivité consiste à entendre des messages uniquement par l’intermédiaire de l’esprit, par la pensée.

6   Cette énergie spirituelle est une émanation colorée et fluidique très rayonnante, perçue par les  clairvoyants les plus entraînés.

7   Centre énergétique correspondant à la venue au monde, à l’enfance, et représente l’incarnation sur terre.

8   Le Samsara : roues des naissances, vies antérieures.

9   Poupée à l’effigie de la personne sur laquelle est jeté le sort.

10 Forme de pensée créée par l’homme, destructrice, et donc négative.

11  En s’isolant de son époux si nécessaire et si cela n’empêche pas de poursuivre une conversation avec lui.

 

^